87 pour cent des ménages canadiens sont branchés à Internet

Internet — l’accès, la vitesse, le prix et l’utilisation

Le Canada demeure l’un des pays les plus « filaires » dans le monde. Alors que près de 87 pour cent des foyers canadiens sont branchés à Internet, en 2013, le Canada s’est classé au 16e rang mondial en matière de pénétration d’Internet. Cela représente une augmentation par rapport aux 80 pour cent observés en 2010. Parmi ses analogues du G8, le Canada se classe derrière le Royaume-Uni, soit au second rang en la matière.

Selon l’indice d’accès de l’Internet Monitor mis en ligne par le Berkman Center for Internet & Society, le Canada arrive au 13e rang parmi 92 pays. L’indice vise à classer les pays par rapport à de nombreux facteurs tels que l’adoption, la vitesse, la qualité et le prix d’Internet ainsi que par rapport à des facteurs plus génériques comme la littératie et l’équité entre les sexes.

Pénétration d’Internet dans le monde

Pénétration d’Internet dans le monde

Source : Wikipedia. Plus récentes données publiées.

Le Canada est l’un des pays les plus branchés de la planète. Cependant, la connectivité n’y est pas uniforme, et plusieurs fossés subsistent à l’échelle canadienne.

La distribution de la large bande à plus haute vitesse n’est pas équitable d’un océan à l’autre. En matière d’accès aux connexions de 25 à 100 Mbps, un gouffre s’est creusé entre les provinces (la Colombie-Britannique et l’Alberta étant les plus avantagées). Le Nunavut se trouve devant des défis particulièrement importants sur le plan des services à plus haute vitesse.

En règle générale, sur le plan de la connectivité, une faille importante s’est dessinée entre les milieux ruraux et urbains, et celle-ci est encore plus frappante lorsqu’il s’agit de connexions à plus haute vitesse. Des grands centres urbains canadiens, 77 pour cent accèdent à des vitesses de téléchargement supérieures à 100 Mbps, mais ce pourcentage chute à 18 pour cent lorsqu’il s’agit des régions rurales.

Dans la stratégie gouvernementale Canada numérique 150, cette lacune est reconnue et il est prévu de s’y attaquer en investissant 305 millions de dollars afin que la haute vitesse à 5 mégabits par seconde se rende dans 280 000 foyers en milieu rural et en région éloignée.

Parmi ses analogues du G8, le Canada se classe derrière le Royaume-Unie, soit au second rang en matière de pénétration d’Internet. Parmi ses analogues du G8, le Canada se classe derrière le Royaume-Unie, soit au second rang en matière de pénétration d’Internet.

Sur le plan de la connectivité, une faille importante s’est dessinée entre les milieux ruraux et urbains, et celle-ci est encore plus frappante lorsqu’il s’agit de connexions à plus haute vitesse. Sur le plan de la connectivité, une faille importante s’est dessinée entre les milieux ruraux et urbains, et celle-ci est encore plus frappante lorsqu’il s’agit de connexions à plus haute vitesse.

En règle générale, les Canadiens sont satisfaits du service auquel ils accèdent et voient d’un bon œil l’intégration du service de transmission des données à leur forfait mensuel. En règle générale, les Canadiens sont satisfaits du service auquel ils accèdent et voient d’un bon œil l’intégration du service de transmission des données à leur forfait mensuel.

Ménages ayant un accès à Internet à domicile

Ménages ayant un accès à Internet à domicile

Remarque : Plus récentes données publiées.

Disponibilité de la large bande en un coup d’œil

Disponibilité de la large bande au Canada

Source : Rapport de surveillance des communications 2014 : Secteur de télécommunication, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

Le marché canadien des télécommunications continue d’évoluer et de se transformer en fonction des nouvelles technologies et de la demande du marché. La recherche de suivi réalisée par l’ACEI montre qu’en règle générale, les Canadiens sont satisfaits du service auquel ils accèdent et voient d’un bon œil l’intégration du service de transmission des données à leur forfait mensuel.

Cependant, de nombreux Canadiens démontrent une certaine méconnaissance lorsqu’il s’agit de leur service Internet à domicile. En effet, la moitié des personnes interrogées par l’ACEI ignoraient la quantité de données qu’il leur est permis de télécharger sans frais supplémentaire en vertu de leur forfait mensuel.

Parmi celles qui connaissaient cette limite, 76 pour cent se sont dites satisfaites de la quantité de données comprise dans leur forfait (seuls 7 pour cent s’en sont dites insatisfaites).

La satisfaction des Canadiens à l’égard de la vitesse de leur connexion Internet à domicile

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Les données comprises dans le forfait Internet mensuel à domicile, déclarées par les personnes interrogées, par nombre de personnes au foyer

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014. Remarque : Ce tableau est interactif, cliquez dessus.

Satisfaction des Canadiens à l’égard de la quantité de données comprises dans leur forfait Internet à domicile

Les Canadiens dont le forfait mensuel comprenait plus de 200 Gb de données étaient très susceptibles de se montrer satisfaits du service qu’ils obtenaient.

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Perception du rapport qualité-prix du forfait Internet à domicile

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Organisation de coopération et de développement économiques

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) assure le suivi de la vitesse et du coût de la large bande dans les pays qui en sont membres. Selon les rapports de l’Organisation, le classement du Canada a baissé année après année depuis plus de 10 ans en ne s’améliorant que légèrement au cours des quelques dernières années (se classant 23e en 2012 et 19e en 2013). En 2014, le Canada a stagné en 19e position, et de légères améliorations ont été observées en matière de vitesse.

Puisque la vitesse et le prix de la large bande constituent la « devise numérique » d’un pays, en en faisant un lieu plus ou moins attrayant pour les entreprises en démarrage et les investissements, ces aspects sont importants tant pour l’utilisateur final (qui pourrait obtenir un service moins coûteux et plus rapide) que pour l’économie numérique au Canada.

Vitesse et prix de la large bande dans le monde

Source : OCDE et Teligen

L’utilisation d’Internet au Canada

L’utilisation que font les Canadiens d’Internet se transforme, passant du bureau aux dispositifs mobiles sans fil. Selon comScore, le Canada n’arrive plus au premier rang quand il s’agit du nombre mensuel moyen de pages par visiteur à partir de connexions fixes. À présent, c’est plutôt le Brésil qui l’occupe, et cela, avec une bonne longueur d’avance (en atteignant 3 818 par rapport au nombre précédent de 2 345). Les heures mensuelles moyennes par visiteur à partir d’ordinateurs personnels au Canada ont aussi baissé, passant de 41,3 l’année précédente à 34,6.

Pour utiliser Internet, les Canadiens délaissent leur bureau au profit des dispositifs mobiles sans fil.

Toujours selon comScore, 3 Canadiens sur 4 possèdent des téléphones intelligents, et c’est au moyen d’un dispositif mobile qu’ils accèdent à Internet la moitié du temps.

Cyberparticipation et activités pratiquées en ligne à l’échelle mondiale (à partir d’ordinateurs personnels)

Plan géographique Nombre mensuel moyen de pages par visiteurs Nombre mensuel moyen de pages par visiteurs uniques (000) Nombre mensuel moyen d'heures par visiteurs Nombre mensuel moyen de visites par visiteurs
Drapeau du Brésil Brésil 3 818 66 472 32,5 73
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 3 269 39 272 36 81
Drapeau des États-Unis États-Unis 3 162 196 498 36,2 82
Drapeau de la France France 3 026 42 604 30,4 76
Drapeau du Canada Canada 3 001 25 181 34,6 88
Drapeau de la Fédération de Russie Fédération de Russie 2 590 66 888 32,6 65
Drapeau de l'Italie Italie 2 473 30 105 25,4 56
Drapeau de la Chine Chine 2 330 353 368 22,9 61
A l'échelle mondiale 2 238 1 619 641 24,2 58
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2 015 53 254 20,1 52
Drapeau du Japon Japon 1 898 73 656 19,2 49

Source : Canada Digital Future in Focus, 2014, comScore

Activités en ligne de la population canadienne

Alors que les internautes canadiens se tournent maintenant vers les dispositifs mobiles pour accéder à Internet et que l’utilisation de la large bande mobile prend de l’ampleur, la population canadienne se sert de différents dispositifs pour pratiquer différentes activités. La consultation des médias sociaux demeure la principale activité pratiquée sur les dispositifs mobiles, tels que les ordinateurs portatifs, les tablettes et les téléphones intelligents, et cette activité compte pour la principale utilisation de toutes les plateformes en 2014. Les tablettes, plus que les ordinateurs de bureau, constituent maintenant les plateformes de jeux de choix.


What Canadians are doing online

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014. Remarque : Puisque l’utilisation de la messagerie électronique est quasi universelle, et cela, sur toutes les plateformes, elle a été retirée de l’enquête dans le but de susciter des réponses additionnelles.

Cyberactivités malveillantes

Les cyberactivités malveillantes continuent à proliférer partout, et le Canada n’y échappe pas. D’ailleurs, selon le Symantec Internet Threat Report, il est passé de la 11e à 10e place dans le groupe des 10 principaux pays où les cyberactivités malveillantes se déroulent le plus au moyen de réseaux de zombies. Le Canada a aussi gravi des échelons en qualité d’hôte d’hameçonnage, bien que le pourcentage d’attaques provenant du Canada ait connu une légère diminution.

En mai 2014, le .CA a reculé d’une place dans le NameSpace Quality Index de NameSentry qui évalue les degrés de méfaits au sein de l’industrie des domaines. Le .CA reste dans la catégorie des bons domaines, et seuls deux TLD, .ch et .tel, se classent dans la catégorie excellent.


Pays/Région Sources d’hameçonnage
en 2013 - Rang
Sources d’hameçonnage
en 2013 - Pourcentage
Sources d’hameçonnage
en 2012 - Rang
Nombre de visites mensuelles
par visiteur en moyenne
Variation
États-Unis 1 39,40 % 1 50 % -10,60 %
Allemagne 2 6,50 % 2 6,20 % 0,30 %
Royaume-Uni 3 3,80 % 3 3,90 % -0,10 %
Canada 4 2,80 % 6 2,90 % -0,10 %
France 5 2,60 % 7 2,70 % -0,10 %
Pays-Bas 6 2,50 % 9 2,30 % 0,20 %
Fédération de Russie 7 2,50 % 8 2,40 % 0,10 %
Brésil 8 2,20 % 4 3,60 % -1,40 %
Chine 9 2,20 % 5 3,20 % -1,10 %
Polande 10 1,80 % 10 1,60 % 0,20 %

Source : INTERNET SECURITY THREAT REPORT, 2013 Trends , volume 19, Symantec, publié en avril 2014

Pays/Région Source d’attaques
en 2013 - Rang
Source d’attaques
en 2013 - Pourcentage
Source d’attaques
en 2012 - Rang
Source d’attaques
en 2012 - Pourcentage
Variation
États-Unis 1 20 % 1 15,30 % 4,70 %
Chine 2 9,10 % 2 15 % -5,90 %
Italie 3 6 % 5 7,60 % -1,60 %
Taiwan 4 6 % 3 7,90 % -1,90 %
Brésil 5 5,70 % 4 7,80 % -2,10 %
Japon 6 4,30 % 6 4,60 % -0,30 %
Hongrie 7 4,20 % 8 4,20 % 0 %
Allemagne 8 4,20 % 9 4 % 0,10 %
Espagne 9 3,90 % 10 3,20 % 0,70 %
Canada 10 3,50 % 11 2 % 1,50 %

Source : INTERNET SECURITY THREAT REPORT, 2013 Trends, volume 19, Symantec, publié en avril 2014

Ces paramètres évaluent les sources desquelles le plus grand nombre de cyberactivités malveillantes proviennent. Pour déterminer les cyberactivités malveillantes en fonction de la source, Symantec a compilé des données géographiques au sujet de plusieurs de celles-ci, notamment les rapports sur les antiprogrammes, les zombies générant des pourriels, les ordinateurs infectés par des zombies, l’origine des attaques contre les réseaux et des attaques basées sur le Web. La proportion de chacune des activités provenant de chaque source est ensuite mesurée. Puis, la moyenne des pourcentages de chaque activité malveillante provenant de chaque source est calculée. Cette moyenne détermine la proportion de cyberactivités malveillantes globales qui provient de la source en question, et les classements sont effectués en calculant la moyenne de la proportion de ces activités issues de chaque source.

Selon comScore, 3 Canadiens sur 4 possèdent des téléphones intelligents, et c’est au moyen d’un dispositif mobile qu’ils accèdent à Internet 49 pour cent du temps. Selon comScore, 3 Canadiens sur 4 possèdent des téléphones intelligents, et c’est au moyen d’un dispositif mobile qu’ils accèdent à Internet 49 pour cent du temps.

Les médias sociaux et les vidéos en ligne

Les Canadiens sont d’avides consommateurs de médias en ligne, alors que les minutes qu’ils consacrent au visionnement de vidéos par personne dépassent de 43 pour cent celles que les Américains y accordent. De plus, l’éventail de contenus offerts aux Canadiens en transmission multimédia en continu ne cesse de s’enrichir. Shomi et Spotify, nouvellement lancés au Canada, font maintenant concurrence à Netflix et à rdio.

Près de 4 Canadiens sur 10 passent plus de 5 heures par semaine à visionner en continu des émissions de télé, des films ou des vidéos. Les heures passées à visionner des vidéos en ligne sont fonction de l’âge. Alors que 86 pour cent des Canadiens âgés de 18 à 34 ans ont dit consacrer un certain temps à cette activité, seuls 53 pour cent des Canadiens âgés de plus de 55 ans ont dit s’y adonner. La plupart des Canadiens ont aussi dit qu’ils écoutaient la radio en continu.

Pourcentage de la population visionnant des vidéos en ligne, en continu

Les Canadiens sont plus susceptibles que le sont les Américains de regarder des vidéos en ligne et d’y consacrer davantage de temps. Au Canada, 74 pour cent de la population s’adonne à cette activité par rapport à 63 pour cent de la population américaine.

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Heures consacrées au visionnement de vidéos en ligne

Par rapport à tous les groupes d’âges, ce sont les internautes canadiens âgés de 18 à 35 ans qui consacrent davantage d’heures au visionnement en continu d’émissions de télévision, de films ou de vidéos.

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Temps que consacre la population à visionner des vidéos en ligne – Canadienne par rapport à américaine

Les Canadiens sont plus susceptibles de regarder des vidéos en ligne et d’y consacrer davantage de temps.

Source : comScore, Canada Digital Future in Focus, 2014

Comprendre les promoteurs canadiens de contenu en ligne

L’abondance du contenu en ligne comme motif d’abandon du câble

Selon la recherche de suivi de l’ACEI, l’abondance croissante de vidéos et d’autres contenus en ligne font en sorte que les Canadiens remettent en cause la nécessité d’un abonnement au câble traditionnel.

Ce tableau est interactif, cliquez dessus. Remarque : Les répondants étaient des internautes qui n’ont pas d’abonnement au câble.

Les Canadiens envisageant d’annuler leur abonnement au câble selon l’âge

De toutes les personnes ayant un abonnement au câble, ce sont les jeunes Canadiens âgés de 18 à 34 ans qui sont les plus susceptibles d’envisager l’annulation de leur abonnement.

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014. Remarque : Les répondants étaient des internautes qui ont un abonnement au câble

Abonnés au câble susceptibles de s'en désabonner

Bien que les Canadiens semblent remettre en cause l’utilité du câble, ils sont relativement peu nombreux à affirmer qu’ils sont « très susceptibles » de l’annuler incessamment.

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Près de 4 Canadiens sur 10 passent plus de 5 heures par semaine à visionner en continu des émissions de télé, des films ou des vidéos. Près de 4 Canadiens sur 10 passent plus de 5 heures par semaine à visionner en continu des émissions de télé, des films ou des vidéos.

La prolifération des vidéos et des medias en ligne font en sorte que certains Canadiens remettent en question le besoin des services de câble traditionnel. La prolifération des vidéos et des medias en ligne font en sorte que certains Canadiens remettent en question le besoin des services de câble traditionnel.

Le commerce électronique au Canada

Le secteur du commerce électronique canadien poursuit sa croissance, et au pays, selon Statistique Canada, les entreprises ont vendu plus de 136 milliards de dollars en biens et services sur Internet en 2013, par rapport à 122 milliards de dollars l’année précédente.

La majorité des activités commerciales en ligne au Canada proviennent des grandes entreprises, qui ont généré 87 milliards de dollars de ventes en ligne ou 64 pour cent de leur valeur totale.

Chez les entreprises qui avaient pignon sur rue tout en disposant d’une boutique en ligne en 2013, cette dernière a généré près du quart de la valeur de leurs ventes. Les détaillants canadiens en ligne vendent principalement à leurs compatriotes, alors que les Canadiens sont à la source de 80 pour cent de leur chiffre d’affaires en ligne et les Américains de 15 pour cent, d’autres pays se partageant le reste. La plupart de ces ventes (64 pour cent) sont faites à des entreprises plutôt qu’à des particuliers.

Les petites entreprises canadiennes restent toujours réticentes à passer en ligne alors que seulement 42,3 pour cent d’entre elles ont un site Web. Les plus grandes entreprises font beaucoup mieux alors que 91,4 pour cent d’entre elles sont passées en ligne. L’incidence de cette lacune en matière de présence sur le Web des petites entreprises se fait ressentir tant hors ligne qu’en ligne.

Au Canada, les ventes au détail en ligne sont en croissance :

  • Les jeunes Canadiens font leurs achats en ligne au moyen de leurs dispositifs mobiles, ce qui rend essentielle la création de versions qui y sont adaptées.
  • Au Canada, les gens qui magasinent en ligne dépensent plus sur les sites Web canadiens que sur les sites Web internationaux. Vendre aux Canadiens au moyen de sites Web canadiens peut donc constituer une stratégie de vente efficace.
  • Une forte présence en ligne peut aussi se révéler cruciale pour les détaillants désireux d’augmenter leurs ventes en magasin. Plusieurs Canadiens ont dit fureter en ligne à la recherche d’articles qu’ils iront se procurer en magasin.

Les 6 principales catégories de produits et de services achetés par la population canadienne :

Les cinq principales catégories de produits et de services achetés par la population canadienne

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Les Canadiens magasinant sur les sites Web américains

Les acheteurs en ligne canadiens font état de dépenses d’environ 375 $ sur les sites Web canadiens et de 150 $ sur les sites Web américains au cours de la dernière année.

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Magasinage en ligne à partir d’un ordinateur personnel/dispositif mobile par internaute et âge

La majorité des achats en ligne ont été faits à partir d’un ordinateur personnel, mais il est à noter que parmi les personnes âgées de 18 à 34 ans, 2 sur 10 ont fait un achat à partir de leur dispositif mobile.

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Les liens entre les achats en ligne et en magasin

Les gens visitent fréquemment des sites Web avant de faire leurs achats en magasin, mais peu de Canadiens se rendent en magasin, puis achètent en ligne.

À quelle fréquence, le cas échéant,
faites-vous...?
Presque toujours Souvent Parfois Rarement Jamais
De la recherche en ligne,
des achats en magasin
13 % 28 % 42 % 10 % 5 %
De la recherche en magasin,
des achats en ligne
4 % 11 % 33 % 9 % 21 %

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Nombre d’entreprises canadiennes disposant de sites Web

Peu importe leur taille, le nombre des petites entreprises canadiennes à disposer d’un site Web n’a que peu changé par rapport à l’année précédente. Du côté des petites entreprises, le nombre de sites Web n’a que modérément augmenté, tandis que du côté des sociétés de moyenne et de grande envergure, rien n’a changé.

Source : Statistique Canada. Tableau 358-0193 – Enquête sur la technologie numérique et l’utilisation d’Internet, entreprises possédant un site Web, selon le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) et la taille de l’entreprise, occasionnel (pourcentage), CANSIM (base de données)

En 2013, les ventes en ligne de produits et de services des entreprises canadiennes ont dépassé 136 milliards, par rapport à la somme de 122 milliards de dollars atteinte l’année précédente. En 2013, les ventes en ligne de produits et de services des entreprises canadiennes ont dépassé 136 milliards, par rapport à la somme de 122 milliards de dollars atteinte l’année précédente.

Les petites entreprises canadiennes sont demeurées réticentes à passer en ligne. Seulement 42,3 pour cent d’entre elles disposent d’un site Web. Les petites entreprises canadiennes sont demeurées réticentes à passer en ligne. Seulement 42,3 pour cent d’entre elles disposent d’un site Web.

Les jeunes Canadiens commencent à faire des achats en ligne au moyen de leur appareil mobile. Les jeunes Canadiens commencent à faire des achats en ligne au moyen de leur appareil mobile.

La mobilité au Canada

Le rapport sur la mobilité publié par Ericsson en juin 2014 prévoit que dans le monde, le nombre de téléphones intelligents connectés pourrait atteindre 5,6 milliards d’ici la fin de 2019. Cette conversion à la mobilité s’est amorcée au Canada et selon comScore, quelque 1,3 million de Canadiens n’utilisent que leurs dispositifs mobiles pour aller sur le Web.

L’adoption d’Internet mobile s’est révélée plus rapide chez les jeunes Canadiens qui font état d’un taux élevé de pénétration de la mobilité à large bande et d’une propension croissante à faire des achats au moyen du commerce électronique mobile. Le fait que les téléphones intelligents constituent la grande majorité des dispositifs mobiles n’étonnera personne, et le pourcentage des Canadiens qui utilisent des téléphones polyvalents continue à décliner.

Utilisateurs qui accèdent généralement à Internet au moyen d’un dispositif mobile, selon l’âge

Source : Tracking Research, ACEI, mars 2014

Pénétration du marché des téléphones intelligents par pourcentage d’abonnés au service mobile

Les Canadiens continuent à choisir les téléphones intelligents dotés de toutes les fonctions. Les trois quarts de ceux-ci choisissent un téléphone intelligent plutôt qu’un téléphone polyvalent.

Source : comScore, Canada Digital Future in Focus, 2014

Les 10 catégories de contenu mobile les plus populaires par nombre d’abonnés au service mobile (1 000)

Une croissance de 46 pour cent du partage de photos et de vidéos a été observée, probablement à cause de la popularité d’Instagram, de Snapchat et de Vine ainsi que des services connexes. La consultation de contenu sur les sports a connu une hausse de 39 pour cent. Viennent ensuite les transactions bancaires mobiles et la recherche de cartes et de directives routières, lesquelles ont augmenté respectivement de 38 et de 37 pour cent.

Catégorie Décembre 2012 Décembre 2013 % de croissance
Prévisions météorologiques 8907 11864 33 %
Réseautage social 9014 11088 23 %
Recherche 8362 10577 26 %
Service de messagerie instantanée 7826 9762 25 %
Cartes/indications routières 6318 8653 37 %
Actualité locale/mondiale 5927 7499 27 %
Transactions bancaires 4886 6731 38 %
Publication de photos/vidéos 4558 6667 46 %
Actualités en matière de divertissements 4613 6156 33 %
Sports 4001 5575 39 %

Source: comScore, Canada Digital Future in Focus, 2014

Les jeunes Canadiens ont adopté Internet mobile plus rapidement que leurs concitoyens plus âgés. Les jeunes Canadiens ont adopté Internet mobile plus rapidement que leurs concitoyens plus âgés.

L’échange de photos et de vidéos au moyen d’appareils mobiles a augmenté de 46 pour cent de 2012 à 2013. L’échange de photos et de vidéos au moyen d’appareils mobiles a augmenté de 46 pour cent de 2012 à 2013.