Aller au contenu principal

Candidat(e) des membres 2019

Les candidats peuvent rédiger leur exposé en français ou en anglais. L’ACEI publiera les énoncés bilingues s’ils sont fournis dans les deux langues, mais elle ne les traduira pas au nom des candidats.

Énonce du (de la) candidat(e) :

Le Dr Mekki MacAulay est un ancien lauréat du programme d’investissement communautaire (PIC) de l’ACEI (2014), et membre de l’ACEI depuis plus de 15 ans. Il est ingénieur en systèmes informatiques (PEng) et chercheur en gestion stratégique et instructeur (PhD), spécialiste en stratégies ouvertes. Il a une vaste expérience en industrie, au gouvernement, et comme consultant en gestion de la technologie, et a joué un rôle actif dans les conseils d’administration publics et privés. Il est bilingue, et son expertise réside à l’intersection de la technologie et des affaires. Il demande votre appui pour l’élection au conseil d’administration de l’ACEI, avec un mandat de faire croître les partenariats de l’ACEI avec les registraires agrées, les organisations canadiennes, et les établissements universitaires grâce à des initiatives novatrices en matière de produits, de services, et de recherche qui se développent continuellement vers un meilleur Canada en ligne.

Mon cher membre .CA:

L’ACEI est unique dans son intendance du domaine de premier niveau de code de pays .CA (ccTLD) en ce qu’elle a compris, en théorie et en pratique, le degré auquel l’Internet est ancré dans la vie des Canadiens et nous relie à la communauté mondiale de l’Internet. Son expertise technique est inégalée, avec de nombreux autres pays suivant sa tête ou même externalisant leurs besoins de fonctionner sur l’infrastructure de haut niveau de l’ACEI. Son plaidoyer et son soutien aux initiatives qui améliorent la participation et l’accès à l’ensemble des collectivités, des professions et des milieux de vie canadiens continuent d’inspirer les juridictions bien plus grandes que le nôtre. Son plan stratégique pour l’avenir est à la fois ambitieux et réalisable, avec beaucoup de place pour l’innovation et la livraison créative sur son mandat.

Je demande votre appui parce que mon expérience et mon expertise sont bien adaptées pour continuer à bâtir sur le succès que l’ACEI a accompli à ce jour de façon innovante et créative pendant que l’Internet continue à croître, à évoluer, et à s’intégrer à notre vie professionnelle et sociale. Je suis poussé à contribuer à cette vision positive de l’avenir de l’Internet canadien, où la vie privée et les pratiques éthiques sont soigneusement équilibrées par rapport aux besoins du modèle d’entreprise, à la complexité technologique, et à la collision des juridictions nationales dans l’environnement sans frontières qu’est le cyberespace. L’ACEI est sur la bonne voie. Mon objectif est de continuer à faire évoluer l’impact positif avec des idées fraîches.

Je me tiens à un Internet ouvert, accessible, multilingue, et diversifié qui permet la participation du public à travers le Canada et le monde tout en protégeant les principes d’une société libre et juste. En ligne, la façon dont nous gérons notre domaine national de premier niveau reflète le Canada dans son ensemble et sa conviction sincère que les membres .CA représentent le meilleur de la valeur sociétale qui sous-tend l’Internet.

Je demande votre soutien pour me donner le mandat de continuer sur cette voie de la réussite et de la croissance, pour continuer à créer de la valeur, et pour applique mon mélange unique d’ingénierie et de sens des affaires à travail pour vous de bâtir un meilleur Canada en ligne dans les années à venir.

Je vous remercie d’avoir participé à l’avenir de l’Internet au Canada.

Sincèrement,

Mekki MacAulay, PEng, PhD
 

Curriculum vitae du (de la) candidat(e) :


Réponses aux questions obligatoires:

1. Expliquez, de votre point de vue, ce que l'ACEI fait et pourquoi son rôle est important.

L’ACEI a été créée en tant que registre de domaine de premier niveau de code de pays (ccTLD), intendant du « domaine du Canada ». Heureusement, les membres du comité consultatif sur les noms de domaine canadiens et les premiers directeurs de l’ACEI pensaient plus loin et se rendent compte que les noms de domaine n’étaient que le début. Aujourd’hui, l’enregistrement des noms de domaine est la base sur laquelle l’ACEI « construit un meilleur Canada en ligne » et « défend l’Internet chez nous et à l’étranger ». L’ACEI travaille en collaboration avec les registraires agrées qui offrent les domaines .CA comme une option de nom de domaine convaincante, à prix concurrentiel, pour les individus et les organisations qui veulent démontrer leur présence canadienne. L’ACEI et son conseil d’administration ont l’obligation fiduciaire envers tous les Canadiens d’agir dans nos meilleurs intérêts, localement et nationalement en harmonisant les pratiques avec les cadres juridiques, en supportant une infrastructure opérationnelle dans un cadre ouvert, transparent, responsable, et contrôlé, et avec le développement et mis en œuvre des plans stratégiques, à court et à long terme, pour améliorer ses opérations et la valeur qu’elle apporte aux Canadiens.

Tant au Canada qu’à l’étranger, l’exécutif et les employés de l’ACEI sont reconnus comme des experts mondiaux, des créateurs de meilleures pratiques--et non pas seulement comme implémenteurs!--dans des domaines tels que la sécurité (p. ex. DNSSEC), l’accessibilité (p. ex., la politique sur les normes d’accessibilité qui correspond aux standards juridiques, la fiabilité (p. ex. infrastructure D-zone anycast), et une participation significative (p. ex., programme d’investissement communautaire, partenariats open source). L’ACEI a soulevé la barre pour les normes Internet, établissant un exemple positif qui est émulé dans le monde entier.

L’ACEI est importante parce qu’elle comprend que l’Internet est bien plus qu’une simple interface avec le plus grand référentiel de connaissances humaines (de nombreuses bibliothèques d’Alexandrie sont ajoutées à l’Internet tous les jours!); c’est l’un des outils les plus flexibles, adaptables, nuancés, et omniprésents que l’humanité ait jamais créés (peut-être seulement en concurrence avec les langues orales et écrites elles-mêmes pour l’impact!) Par conséquent, l’ACEI fait beaucoup plus que simplement agir comme registre pour le ccTLD .CA. Il s’engage avec les intervenants canadiens (et internationaux), petits et grands, et cherche à créer de la valeur pour le bénéfice de chacun. Il travaille à l’égalité pour les Canadiens en termes d’accès avec l’appui des initiatives d’accès Internet au Nord du Canada et d’autres programmes municipaux. Il défend la diversité en promouvant une expérience Internet multilingue. Il préconise des politiques ouvertes/libres pour distribuer le contrôle et assurer que l’Internet demeure libre.

Peut-être surtout, l’ACEI met les principes d’une société libre et juste, inscrite dans la constitution canadienne, en pratique dans le cyberespace, menant la voie que le Canada a historiquement fait sur de nombreux fronts progressistes dans son histoire.

2. Pourquoi désirez-vous faire partie du conseil d’administration de l’ACEI?

Je crois fermement à la mission de l’ACEI et je désire appliquer mes pensées innovantes à sa mise en œuvre. J’apporterais au conseil d’administration mon expérience à l’intersection de la technologie et des affaires, où de nombreuses possibilités de création de valeur sont sous-explorées. Je suis excité par le défi décrit dans le plan stratégique 2017-2020 de l’ACEI visant à « redéfinir la courbe » avec l’ACEI 3,0 et au-delà. J’ai plusieurs nouvelles idées de produits et de services pour atteindre l’objectif de « plus que 10% des revenus provenant de sources autres que l’entreprise des noms de domaine ». J’appuierais une intégration plus étroite entre l’ACEI et les registraires agrées, le milieu universitaire, l’industrie Canadienne, et les communautés open source à cet égard.

Pour les registraires, il existe de nombreuses possibilités d’expansion conjointe de produits et de services au-delà de l’activité traditionnelle d’enregistrement de noms de domaine .CA. Je propose d’explorer les moyens que l’ACEI et les registraires peuvent collaborer pour créer de nouveaux flux de revenus conjoints, tout en agrandissant la valeur qu’ils créent pour les Canadiens.

Pour le milieu universitaire, en tant que récipiendaire du PIC de première ronde (2014) pour mes recherches à l’école de gestion Schulich à l’Université York, j’ai des idées uniques sur la façon d’améliorer le processus en divisant la recherche fondamentale des initiatives communautaires telles que les universitaires possédant une expertise en matière d’écriture de subventions ne sont pas opposés aux petits groupes communautaires caritatifs/sans but lucratif pour le même bassin de fonds. J’apporte également une compréhension des processus éthiques et efficaces de création de connaissances: les principes de la bonne recherche. À une époque où la réalité elle-même (par exemple, les fausses nouvelles) est en jeu, nous devons défendre un processus solide, transparent, fiable, valide, et reproductible dans les instituts de recherche canadiens, en particulier dans les domaines liés à l’Internet et aux technologies sous-jacents et complémentaires et leurs implications sociales et commerciales.

Pour l’industrie, j’aimerais promouvoir un lien plus étroit avec les entreprises canadiennes et l’entrepreneuriat des groupes sous-représentés en particulier. Les entreprises internet sont un élément important de la compétitivité nationale et qui créent des emplois et des entreprises sociales qui amplifient la création de valeur par de nombreux ordres de grandeur grâce au soutien précoce de l’ACEI.

Pour les communautés libres/open source, j’aimerais resserrer les liens avec les communautés de production collégiales qui créent et maintiennent les nombreuses technologies qui sont l’épine dorsale de l’Internet. Nous dépendons de ces technologies et l’ACEI devrait être un participant actif--pas seulement utilisateur!--dans ces communautés, à la fois pour avoir une visibilité plus profonde pour la sécurité et la fiabilité, et pour avoir un plus grand sens des orientations futures que ces technologies pourraient prendre. De même, l’ACEI devrait accroître sa présence sur les conseils de normalisation liés à l’Internet afin de s’assurer que les Canadiens ont une voix à la table où les décisions sont prises sur les technologies qui façonnent leur vie.

3. Quelles sont les compétences et les expériences particulières que vous possédez et qui font de vous le meilleur candidat pour le conseil d’administration de l’ACEI?

Je suis un ingénieur informatique agréé (PEng) avec une spécialité en gestion de l’ingénierie, la gestion de l’innovation technologique, l’entrepreneuriat Internet, la technologie et la protection de la vie privée (les droits d’auteur, marques déposées, brevets, LPRPDE, etc.), et l’éthique de l’ingénierie. Au cours de ma carrière comme ingénieur, j’ai créé deux startups (matériel, logiciel, fournisseur de réseau OEM/prestataire de services; et, consultant en gestion de la technologie) et j’ai aussi travaillé comme responsable de projet informatique dans plusieurs départements du gouvernement, où j’ai développé des plans de réseaux, de sécurité, et de gestion de projets. J’ai également complété une formation approfondie en gestion de projet (PMBOK), ITIL ITSM, gestion des ressources humaines, travail d’équipe et de consensus, communication non-violente (CNV), négociations, l’écoute active, les cadres juridiques, et les communications techniques et commerciales en se concentrant sur la présentation écrite et orale aux parties prenantes à tous les niveaux, y compris l’exécutif.

Frustré d’avoir rencontré continuellement des situations où de bonnes technologies et décisions d’ingénierie ont été supprimés par de mauvaises décisions d’affaires ou de gestion, j’ai poursuivi des études supérieures (PhD) à l’école de gestion Schulich à l’Université York avec une spécialité en stratégie technologique. Mes recherches ont particulièrement porté sur les stratégies libres utilisées par les organisations qui participent de façon active à des communautés libres. En cours de route, j’ai développé mon expertise en finance, comptabilité, marketing, gestion des opérations, systèmes d’information, et j’ai enseigné au niveau post-secondaire dans ces domaines.

Pendant ma carrière comme consultant, je me suis engagée dans les écosystèmes libres.. J’ai mené une planification stratégique pour une gamme d’entreprises et de sociétés non lucratifs dans de diverses industries avec de diverses parties prenantes. J’ai conseillé de façon informelle sur les portefeuilles d’investissement en accumulant des connaissances liées aux marchés, les risques, les produits financiers, la performance, et les incidences fiscales. J’ai créé et livré des plans de marketing et élaboré des plans de communication à la fois pour la diffusion interne et des consultations et des retours d’information plus larges.

En ce qui concerne la diversité, alors que je réside à Toronto, je suis né au Québec, je suis bilingue, j’ai vécu dans d’autres régions du Canada, et j’ai un réseau personnel et professionnel partout au Canada et au monde entier. Je suis une personne d’origines mixtes (minorité visible), et une personne handicapée, représentant un bricolage complexe de ce que signifie être canadien.

En bref, je suis un bon match en termes de compétences et d’expérience nécessaires. Cependant, peut-être le facteur le plus important de tous est que j’ai la passion et je suis poussé à faire une différence. J’aime les grandes idées et je m’épanouis sur le défi et la croissance. Je reconnais que le « changement » est le nouveau normal et le statu quo ne suffit plus jamais. Je crois que nous pouvons toujours continuer à cultiver la valeur que nous créons pour les Canadiens et je veux mettre cette passion au travail pour vous.

4. Selon vous, quels sont les trois principaux défis et possibilités qui se présenteront à l’ACEI au cours des trois à cinq prochaines années? Quelle approche adopteriezvous pour résoudre ces enjeux?

Défi #1:
La pertinence des noms de domaine .CA est continuellement attaquée avec la myriade d’options de TLD existantes et émergentes. La meilleure façon d’aborder cette question est de développer et de mobiliser des partenariats avec des entreprises canadiennes dont les marques sont (ou pourraient être encouragées à être) associées à l’identité canadienne et à la présence canadienne. Je propose des campagnes de marketing conjointes avec certaines entreprises canadiennes, qui incarnent les valeurs de l’ACEI, pour promouvoir les enregistrements de .CA et la participation canadienne en ligne.

Défi #2:
Alors que l’infrastructure de l’ACEI est de calibre mondial, la maintenir à la pointe d’une technologie qui évolue rapidement est un défi continuel de nécessité opérationnelle. Le maintien de la sécurité, de la fiabilité, et de l’accessibilité est au cœur du mandat de l’ACEI. Je propose de collaborer avec le gouvernement fédéral pour créer un mémorandum d’entente relatif au financement du renouvellement, de la mise à jour, et de l’entretien continuel de cette infrastructure essentielle au développement économique au Canada.

Défi #3:
Comme l’Internet continue de croître, il est de plus en plus en hausse contre les frontières nationales et les intérêts de divers pays dans le cyberespace sans frontières. Il est également piloté par d’énormes intérêts de sociétés multinationales. Dans les deux cas, le résultat est un Internet de plus en plus fracturé et muré. Bien que le Canada, en termes de population, soit un petit acteur, nous nous mettons sur le front de la politique technique et des droits de l’homme et nous sommes reconnus internationalement et respectés dans ces domaines. L’ACEI doit maintenir et développer son plaidoyer pour l’Internet libre et ouvert, en tirant parti des principes des droits de l’homme de la participation du public, de la liberté d’expression, de la liberté syndicale, tous dans le contexte d’une société libre et juste. La plupart des transformations de la plus grande nature de l’Internet sont invisibles pour la plupart des Canadiens. Pour cette raison, l’ACEI doit être encore plus activement impliquée dans la politique qui fait front pour défendre les Canadiens et leurs intérêts sur Internet.

Opportunité #1:
-Diviser et élargir le PIC. Séparation de la recherche académique, l’entrepreneuriat, et les entreprises sociales/à but non lucratif/communautaires. Des propositions de projet évolutives plutôt que le noir et blanc acceptent/rejettent. Des initiatives pluriannuelles.

Opportunité #2:
-Collaborations avec les organisations qui ont une mission semblable à celle de l’ACEI (bibliothèques, associations d’archives, communautés libres/open source, établissements d’enseignement, mouvements de Makers, municipalités). Permet une représentation plus large des intérêts des parties divers tout en identifiant de nouveaux lux de revenus conjoints potentiels et en favorisant la visibilité du .CA partout au Canada.

Opportunité #3:
-Augmenter l’utilisation de l’infrastructure. Déjà, les juridictions internationales ont externalisé une partie de leur gestion de domaine à l’infrastructure de l’ACEI. Il y a une marge de croissance considérable compte tenu de la capacité de l’infrastructure actuelle (et continuellement renouvelée) et de la possibilité d’équilibrer les flux de revenus de l’ACEI avec les fonds non originaires du Canada.