Aller au contenu principal

Il est facile pour les internautes de tenir les noms de domaine pour acquis. Après tout, ils se retrouvent à peu près partout de nos jours : sur les panneaux-réclames, dans les publicités et même dans les balados. Beaucoup de gens les considèrent probablement comme l’adresse de quelqu’un sur Internet, sans plus. Mais un minuscule nom de domaine renferme en fait pas mal d’informations.

Selon le rapport de l’ACEI publié en 2018, Les Canadiens méritent un meilleur Internet, 70 pour cent des Canadiens sont préoccupés par le fait que les fausses nouvelles puissent influencer les résultats de la prochaine élection fédérale et lors des campagnes politiques, les tactiques impliquant des noms de domaine peuvent faire les manchettes. Par exemple, lors du cycle électoral présidentiel américain de 2016, l’adresse jebbush.com redirigeait les gens vers un site Web sur Donald Trump.

Un élément clé de la lutte contre les fausses nouvelles est l’examen minutieux des sources d’information que l’on consulte en ligne. Si vous visitez un site Web dont le nom de domaine semble trompeur, comprendre comment les domaines sont enregistrés pourrait s’avérer utile. Avec l’élection fédérale canadienne 2019 qui approche à grands pas, nous aimerions renseigner les Canadiens sur quelques points clés concernant l’enregistrement des noms de domaine.

1. Les noms de domaine comportent deux éléments clés.

Le domaine de premier niveau est la partie située après le point. Le domaine de second niveau est la partie du domaine qui précède immédiatement le point (c’est-à-dire à sa gauche).

 

2. Certains domaines de premier niveau sont affiliés à des pays.

Ceux-ci sont appelés domaines de premier niveau de pays (ou domaines nationaux), comme le domaine .CA canadien. Certains pays ont cependant rendu l’enregistrement de leur nom de domaine national accessible à tous (comme le domaine .CO assigné à la Colombie).

3. Au Canada, seuls ceux qui répondent aux exigences en matière de présence au Canada de l’ACEI sont autorisés à enregistrer un nom de domaine .CA.

En bref, vous devez être Canadien ou Canadienne et vivre ou avoir une présence au Canada pour l’obtenir.

4. Les individus connus du public sont encouragés à agir de manière préventive en enregistrant leur domaine personnel, même s’ils n’envisagent pas de créer un site Web.

Même si vous n’êtes pas célèbre (ou que vous ne l’êtes pas encore), enregistrer votre domaine personnel est une bonne idée pour protéger votre image de marque personnelle.

5. Un domaine .CA peut être enregistré pour un à dix ans à la fois et certains registraires (une entreprise auprès de laquelle on achète et enregistre un nom de domaine) offrent le renouvellement automatique.

Ne pas renouveler son enregistrement de domaine ou oublier de le faire signifie le libérer et risquer que quelqu’un d’autre se l’approprie.

6. Si vous voulez en apprendre plus sur un nom de domaine .CA en particulier, vous pouvez faire une recherche WHOIS.

Vous y trouverez la date de création du nom de domaine, sa date d’expiration et dans certains cas, les coordonnées du titulaire de lenregistrement (la personne qui l’a enregistré).

7. L’ACEI fournit une protection gratuite de la confidentialité des données sur WHOIS à tous ceux qui enregistrent un nom de domaine .CA à titre individuel.

Ce service protège automatiquement les renseignements personnels des individus canadiens. Si une entité non individuelle (une entreprise ou une organisation) enregistre un nom de domaine .CA, elle peut faire appel à des services de protection de la confidentialité payants auprès de son registraire, qui censurera ses coordonnés sur WHOIS.

8. Pour transférer un domaine, ou autrement dit rediriger un domaine, il suffit généralement de cocher une case pour activer la redirection et de coller le lien vers la destination.

Le transfert est notamment utilisé pour capturer le trafic provenant de fautes d’orthographe courantes dans le portefeuille de l’entreprise à qui appartient un domaine ou pour transférer un nom de domaine personnel vers un profil sur les médias sociaux. Parfois, il est aussi utilisé comme tactique « astucieuse » dans le cadre d’une campagne.

9. Les noms de domaines généralement disponibles sont peu chers et peuvent revenir à quelques dollars à peine pour la première année.

Si quelqu’un tente d’obtenir un nom de domaine déjà enregistré, il devra le faire sur le marché secondaire, ce qui fera augmenter son prix.

10. Les noms de domaine peuvent généralement être enregistrés selon le principe du premier arrivé, premier servi, et l’ACEI n’a aucune façon de déterminer si une personne ou une entité en particulier détient ou non les droits d’un nom de domaine précis.

Si un enregistrement de mauvaise foi est soupçonné, les particuliers peuvent, dans certaines circonstances uniques, avoir recours à la Politique de règlement des différends (PRD) de l’ACEI pour tenter d’obtenir un règlement.


Bien que nous découvrions tous les jours de nouvelles manières dont des acteurs mal intentionnés utilisent l’Internet — désinformation, manipulation politique, atteinte à la vie privée —, il demeure un endroit incroyable. Un Internet ouvert soutenu par des outils comme le nom de domaine .CA donne à plus de gens que jamais auparavant la possibilité de créer leur marque personnelle, de lancer leur entreprise ou de rester en contact avec leurs amis et leur famille. Le Web ouvert a complètement changé la donne et a redéfini les règles de ce qui était possible.

Mais cette occasion s’accompagne d’une responsabilité de veiller à ce que nous utilisions la technologie de manière responsable. Comme protecteurs du domaine .CA, nous espérons que l’information ci-dessus vous a renseigné davantage sur le fonctionnement des noms de domaine et vous a offert de nouveaux outils pour détecter la désinformation et les autres ruses en ligne.