Aller au contenu principal

Vous avez une idée pour lancer votre entreprise. Mais lorsqu’il s’agit de mettre sur pied votre magasin en ligne, vous figez. Avez-vous besoin d’apprendre comment coder? Devriez-vous engager un développeur? Qu’arrive-t-il si vous vous faites arnaquer? Sur quelle plateforme de médias sociaux devriez-vous vous afficher, et comment vous préparez-vous?

Toutes ces questions peuvent paraitre accablantes au tout début. Découvrez quelles nouvelles compétences techniques peuvent sembler être un obstacle à vos rêves d’entrepreneure. De plus, vous avez des ressources limitées en temps et en argent et vous êtes occupée à élever votre propre famille. 

Programme Indige-preneurs : Des ateliers pour vous aider à mettre sur pied une entreprise en ligne.

Voici CompuCorps. Selon leur expérience dans les ateliers de littératie numérique pour les jeunes à Ottawa, l’organisation caritative sur les technologies CompuCorps a découvert que les mères, particulièrement les femmes autochtones, étaient avides d’acquérir des compétences en ligne.

C’est pourquoi le programme Indige-preneurs a été créé. Il prépare des ateliers sur la littératie numérique qui visent à créer des entreprises en ligne pour les femmes autochtones. 

Pour commencer, CompuCorps a rejoint des partenaires de communautés autochtones pour effectuer une analyse des besoins et mieux comprendre le retard que connait les femmes autochtones dans les compétences numériques et les difficultés qui les empêchent de participer à des ateliers.

« Dans notre étude de marché, nous avons appris que les femmes autochtones étaient plus touchées par le fossé numérique », explique Zeina Osman, codirectrice générale de CompuCorps.

L’étude leur a montré que ces femmes étaient souvent les seules pourvoyeuses de leur famille et ne pouvaient pas arrêter de travailler, n’avaient pas accès aux technologies ou faisaient face à des obstacles financiers.

Mais, elles sont avides d’apprendre et sont inspirées par leurs enfants qui font la même chose.

Répondre aux obstacles

En gardant ces problèmes en tête, CompuCorps a transformé la manière dont ils présentent leurs ateliers. 

Ils ont rassemblé une équipe d’environ 25 bénévoles pour diriger des formations sur des sujets variés tels que les médias sociaux, le commerce électronique et la cybersécurité. 

Plutôt que d’offrir une série de cours en groupe à la même heure chaque semaine, ils ont décidé de donner des ateliers personnalisés à de plus petits groupes à des heures souples. Ils ont également organisé des journées de visite libre où les femmes peuvent venir et obtenir l’aide d’un bénévole. Osman ajoute qu’elle recevait des messages à toutes les heures de participantes qui se pratiquaient avec leur site Web et étaient excitées de partager ce qu’elles avaient appris.

« Les participantes étaient très expressives à propos de ce qu’elles désiraient apprendre. Elles dégageaient beaucoup d’énergie entrepreneuriale et comprenaient des concepts plus rapidement qu’on ne l’aurait cru », raconte Osman.

Michele Bourque (voir la photo ci-dessus) est une femme des Premières Nations et membre des Indige-preneurs. L’idée de mettre son entreprise de briques et mortier Kwemaa sur le Web et de créer une marque est venue lors d’une des séances. Elle vend désormais des vêtements en ligne qui contribuent à améliorer la santé et le bien-être des gens.

Les séries d’ateliers ont aidé les personnes comme Michele à obtenir des subventions du Programme d’investissement communautaire de l’ACEI.

Préparer votre entreprise en ligne

CompuCorps a créé 15 cours spécialisés, a fait venir des conférenciers invités d’entreprises locales d’Ottawa et a également formé des bénévoles pour soutenir les participants. Le curriculum inclut des sujets comme :

  • La sécurité en ligne en tant qu’entrepreneur
  • Le marketing par médias sociaux
  • Lancer un magasin en ligne
  • La recherche de marché pour le commerce électronique

Les participantes sont sorties des ateliers armées de ressources et d’outils pour préparer leur entreprise en ligne, choisir un nom de domaine, créer une marque et mettre en place un magasin en ligne.

CompuCorps a obtenu le soutien d’entreprises locales d’Ottawa telles que Shopify, une plateforme de commerce en ligne pour les entreprises, et Rebel, un registraire qui vend des noms de domaines, pour aider les participantes à créer leur propre site Web et magasin en ligne.

Indige-preneurs est devenu un des plus importants programmes de littératie numérique de CompuCorps. Ils visaient tout d’abord un nombre de 80 inscriptions aux programmes, mais ils ont désormais plus de 200 participantes qui ont reçues du soutien par le biais du programme pour bâtir leur entreprise en ligne.


L’effet ondulatoire

Osman a expliqué comment les effets du programme perdurent et poursuivent leur croissance.

Ces douzaines de femmes formées ont partagé les compétences qu’elles ont apprises avec les membres de leur famille et communauté et font désormais partie d’un réseau plus grand d’entrepreneurs à Ottawa. CompuCorps sert d’organisateur et présente les participants à des partenaires des communautés et des entreprises locales pouvant prolonger le processus d’apprentissage et améliorer les résultats.

« Le programme apporte bien plus que la simple mise sur pied de votre entreprise. Il permet également de transformer pour de bon la perception des participantes sur la technologie; il ne s’agit plus d’une bête effrayante, mais d’un outil puissant. »

« Nous émancipons les femmes autochtones entrepreneures », affirme Osman. « C’est pour accroître le nombre d’autochtones présents dans l’espace numérique canadien et l’économie du commerce électronique. »

Osman ajoute : « C’est le début de quelque chose de vraiment spécial », et CampusCorps cherche à étendre sa portée dans les prochaines années.

Voici plus de détails sur le tout dernier balado de l’ACEI. (en anglais seulement)


Demander des subventions

L’ACEI est fière d’encourager des projets importants comme Indige-preneurs. La littératie numérique est l’un de nos quatre secteurs de financement dans le cadre du Programme d’investissement communautaire de l’ACEI, qui sera ouvert aux candidatures en janvier. Nous acceptons les inscriptions aux demandes de subventions du 15 janvier au 25 février 2020. 

Cette année, nous sommes particulièrement intéressés par les projets qui soutiennent les étudiants et les communautés rurales, indigènes ainsi que celles du Nord.

Apprenez-en davantage sur les subventions du Programme d’investissement communautaire de l’ACEI.