Aller au contenu principal

Vous faites défiler votre fil Twitter lorsqu’une nouvelle attire votre attention et vous fait y regarder à deux fois. Vous ne reconnaissez pas le média, mais quelques-uns de vos amis ont partagé l’article et donc vous présumez que ce doit être vrai.

Cela vous semble familier? Si vous avez vécu cette expérience, vous n’êtes pas seul.

Plus de la moitié des Canadiens interrogés dans le cadre de notre dernier rapport, Les Canadiens méritent un meilleur Internet, ont déclaré s’être laissés convaincre par une fausse nouvelle. Lorsqu’il est question de l’omniprésence des nouvelles et des contenus en ligne – tant sur les plans de l’accès que du partage –, on ne peut faire abstraction des préoccupations croissantes des Canadiens à l’égard des fausses nouvelles et des actualités fabriquées de toutes pièces. Les trois quarts des internautes canadiens ont en effet affirmé tomber à l’occasion sur de fausses nouvelles en ligne, et la majorité d’entre eux conviennent qu’il s’agit d’un réel problème.

Les fausses nouvelles peuvent revêtir de nombreuses formes, dont la présentation de contenus totalement inexacts et d’informations qui déforment les faits ou qui s’avèrent tendancieuses, ou encore la réactualisation trompeuse d’anciennes manchettes. Elles peuvent également se présenter sous la forme de chambres d’échos, dans quels cas les algorithmes des médias sociaux s’appuient sur les activités des utilisateurs pour leur présenter des contenus similaires à ceux déjà consultés, entraînant ainsi d’importants biais de confirmation.

Comment pouvons-nous mettre fin à l’influence des fausses nouvelles?

L’ACEI et HabiloMédias, le centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique, collaborent depuis presque une décennie sur des projets liés à la littératie numérique. L’objectif est d’aider les enfants, les jeunes et les familles canadiens à apprendre à naviguer sur Internet en toute sécurité. Face à la montée des fausses nouvelles, il est de plus en plus essentiel d’acquérir ces connaissances à un très jeune âge.

Les internautes canadiens interrogés ont convenu qu’il est important que tous les Canadiens acquièrent des connaissances numériques et médiatiques et que la formation devrait commencer à l’école.

Des organismes tels que l’ACEI investissent eux aussi dans cette importante valeur ajoutée. Nous finançons HabiloMédias pour mener à bien la prochaine phase de recherche fondamentale dans le cadre de la Phase IV du programme Jeunes Canadiens dans un monde branché, qui a pour objectif de surveiller et d’étudier les comportements, les attitudes et les opinions des enfants et des jeunes Canadiens à l’égard de leur utilisation de l’Internet.

Cette recherche permettra d’établir l’orientation des instruments de recherche quantitative en classe qui seront élaborés en vue d’un prochain sondage réalisé à l’échelle nationale. Compte tenu du grand nombre d’adultes canadiens qui se sont laissés convaincre par de fausses nouvelles, il semble particulièrement important d’aider les jeunes à développer le sens critique dont ils ont besoin pour interagir avec les médias.

Dans la mesure où seul un quart des Canadiens disent avoir grande confiance en leurs capacités à reconnaître les fausses nouvelles en ligne, ces investissements – en temps et en argent – se révèlent absolument indispensables.

Mettez vos compétences à l’épreuve : dans quelle mesure pouvez-vous reconnaître les fausses nouvelles?

En plus de recherches importantes, HabiloMédias crée des guides pratiques et des jeux que vous pouvez utiliser pour mettre vos propres compétences en littératie numérique à l’épreuve. Essayez Au-delà des faits, un jeu qui vous apprend à repérer des indices et à trouver l’origine d’une nouvelle, à la comparer à d’autres sources et à utiliser des outils tels que des sites de vérification des faits et des recherches d’images inversées.

Apprenez-en davantage sur les efforts déployés par l’ACEI et HabiloMédias pour améliorer la littératie numérique au Canada.