Aller au contenu principal

Depuis quelques années déjà, Amy se rend au Richmond Centre for Disability, situé tout juste à l’extérieur de Vancouver. Elle fait signe aux personnes qui passent et connait leur nom; elle est bien évidemment membre active et sociale du centre. Le centre vise à aider les personnes à gagner de l’autonomie grâce à la technologie, et Amy affirme qu’il lui permet également d’accéder à Internet, ce qu’elle ne pourrait faire autrement.

Toutefois, Amy confie qu’il existe un obstacle plus important qui empêche les personnes ayant un handicap à se connecter à Internet : la peur.

« J’ai eu un virus en utilisant l’ordinateur de ma sœur, et la facture pour sauvegarder les fichiers s’est élevée à plus de 2000 $. Il peut être très angoissant et accablant de ne pas savoir comment se servir d’un ordinateur ni par où commencer.»

Cette année, Amy a commencé à participer aux ateliers hebdomadaires du centre sur la littératie numérique, intitulés « Super Cyber ». Ceux-ci sont financés par le programme d’investissement communautaire de l’ACEI.

La protection de la vie privée et la cybersécurité sont parmi les sujets d’ateliers les plus abordés. Les séances mettent l’accent sur des conseils pratiques portant, entre autres, sur la façon de créer des mots de passe complexes, les logiciels anti-virus, les techniques de recherche Google, et l’utilisation de logiciels comme PowerPoint, Word et Excel. 

Jason, un enseignant bénévole au centre ayant une formation d’ingénieur, est malentendant. Il se disait inquiet que les personnes ne le comprennent pas lorsqu’il parle, alors il a collaboré avec le centre pour créer des vidéos de ses ateliers sur YouTube puis, grâce à l’automatisation et un lecteur d’écran, il fait la lecture du contenu à la classe.

Jason a constaté cette peur chez les participants comme Amy, où ils craignent de briser quelque chose. Toutefois, le centre vise à « créer un environnement sûr où l’on peut tout faire avec un ordinateur. »
 

Instaurer la confiance et former une communauté

Ian Yeung, coordonnateur technique et de formation au Richmond Centre, a affirmé qu’en plus de la peur, les membres sont confrontés à d’autres obstacles leur empêchant de se connecter à Internet, comme l’accès à un ordinateur, les frais de l’Internet à domicile, et le manque d’un réseau ou d’une communauté de soutien pour aider avec des problèmes techniques.

« Les personnes ayant un handicap se sentent souvent isolées. La contribution et le partage d’informations par le biais d’occasions d’apprentissage au centre permettent de former une communauté et de donner une raison d’être à ces personnes, » a expliqué Ian.

Il affirme avoir constaté ceci dans le succès des ateliers « Super Cyber ». Les participants y retournent chaque semaine. « Ces ateliers éveillent cet intérêt chez ces personnes, et nous constatons qu’elles nous quittent de plus en plus confiantes en leurs capacités d’explorer l’Internet ».

Le Richmond Centre est devenu un carrefour numérique où les personnes peuvent se rendre pour faire de la recherche, obtenir de l’aide en matière de compétences informatiques de base, et souvent, est plus silencieux qu’une bibliothèque. 

Pour des participants comme Amy, ce centre a fait toute une différence.

« Je suis partie de zéro et petit à petit, j’ai commencé à me sentir plus éduquée », dit-elle. « Maintenant, je peux aller sur Internet, ce qui me fait sentir comme si je fais partie de la communauté et me fait découvrir un tout nouveau monde. »


Les écarts de l’éducation numérique

Lorsqu’il est question d’accessibilité, nous savons que l’accès à Internet ne mène pas toujours à l’adoption.
 

Au cours des six dernières années, l’ACEI a financé de nombreux projets de littératie numérique visant à donner aux personnes de toutes générations, de tous contextes et ayant toutes sortes d’habiletés les compétences dont ils ont besoin pour se connecter à Internet et faire partie de la communauté Internet.

Pour participer pleinement à la société numérique canadienne, tous les Canadiens doivent posséder les compétences pour accéder à Internet, puis l’utiliser et y naviguer en toute sécurité et confiance. Dans le rapport de l’ACEI, L’écart entre nous : Perspectives pour bâtir un meilleur Canada en ligne, le financement d’une éducation en littératie numérique constituait l’une des recommandations les plus importantes.

Apprenez-en davantage sur les projets du Programme d’investissement communautaire de l’ACEI ici.